animee

Commémoration des martyrs de la ville de Monastir

Commémoration des martyrs de la ville de Monastir

M. Al-Munther ben Sik Ali, gouverneur de Monastir, en présence du premier agrément, le Secrétaire Général de l'etat et le maire de Monastir, en présence d'un certain nombre de régional de sécurité et d'administration des cadres et un certain nombre de Résistants, militants et représentants de la société civile composants, supervisé officielle d'une procession au cours de laquelle un bouquet de fleurs a été mis sur les sanctuaires des martyrs de 1953 à leurs âmes nobles, en reconnaissance de leur, de leurs familles et de la ville de Monastir, qui a fourni des justes martyrs comme un sacrifice pour la patrie au cours de la résistance de la brutale français colonisateur.
.Le gouverneur a également posé un bouquet de fleurs au mausolée du défunt leader Habib Bourguiba à AL-Bourguiba de la maternelle et de lire l'introduction du livre à son noble esprit dans la reconnaissance de la gratitude qu'il a donné à cette patrie pour les sacrifices, de lutte et de résistance au colonisateur français pour l'indépendance de la Tunisie, ainsi que d'être le premier président de la République et le bâtisseur de la Tunisie moderne.
La commémoration de la parade a été suivie par des représentants des familles des martyrs, où les participants ont eu la miséricorde sur les âmes des justes martyrs de Monastir qui ont sacrifié leur vie pour la patrie, comme le martyr Saïd Saleh al-marshawi, Abdulsalam ben Béchir trimesh, Mustafa bin Hussein bin Jannat et Ahmed ben Othman al-ghandari, dont les vies ont été prises par la brutale français colonisateur, le 31 août 1953 à Monastir sans procès.
La commémoration des martyrs du 31 août 1953 aussi de ne pas exclure la miséricorde sur les âmes des martyrs du mouvement national, y compris les Fils de Monastir, comme le martyr Shaaban bin Saleh al-bahouri, qui est tombé entre les mains du colonisateur, le 18 août 1933, lors d'une manifestation à la suite de la naturalisation et l'affaire de l'exécution du fils de Monastir martyr Mohammed ben Nasrallah Massoud dans sa boutique à Sousse le 22 janvier 1952, à la suite de l'arrestation du grand Combattant Habib Bourguiba et le martyr Naji bin Mohammed Al-khalfouni, qui a été assassiné près de Al-Mandara Carré de Monastir, dans la nuit de jeudi, le 21 juillet 1954.

728 x 90